Pourquoi il est interdit de fumer dans les bars et les restaurants ?

Publié le : 12 novembre 20215 mins de lecture

Les fumeurs qui se considèrent persécutés et discriminés doivent comprendre que chaque obstacle susceptible de ralentir les prochaines cigarettes, pipes et cigares est un exercice d’apprentissage.

Il est interdit de fumer des cigares, des cigarillos et des pipes dans les bars et les restaurants. L’utilisation de ces dispositifs conçus pour administrer de la nicotine aux toxicomanes n’est autorisée que dans les lieux équipés d’un système de confinement de la fumée. La restriction doit être respectée même « dans les espaces actuellement réservés aux fumeurs ».

Les enquêtes ayant révélé que même les fumeurs de cigarettes soutiennent la mesure, l’odeur des cigares, des pipes et des cigarillos a le pouvoir de déranger même ceux qui se donnent le droit de remplir de fumée l’air que tout le monde respire.

La séparation des zones fumeurs et non-fumeurs

La séparation entre fumeurs et non-fumeurs dans les espaces clos est une pure fiction. Directement ou par le biais de la climatisation, la fumée se répand dans toute la pièce, comme le montre l’expérience. Tout le monde dans la pièce l’inhale, non seulement celle de seconde main, où la suie a été partiellement filtrée dans le poumon du fumeur, mais aussi la plus nocive qui sort directement du bout de la cigarette en train de brûler.

En science, personne ne conteste les maux causés par la fumée des autres. Peu importe que les agents toxiques de la cigarette allumée soient inhalés directement ou non : le fumeur passif est sujet aux mêmes maladies que l’autre.

Si pour les personnes qui fréquentent occasionnellement ces environnements, l’impact n’est pas si néfaste, il est dévastateur pour ceux qui travaillent dans ces conditions. Les dosages des métabolites de la nicotine présents dans le sang et l’urine des serveurs qui servent dans les bars enfumés, montrent qu’en six heures de travail certains arrivent à fumer passivement l’équivalent d’un paquet, voire plus.

On n’a jamais compris comment les syndicats de la catégorie n’ont jamais essayé de défendre leurs membres contre cette pollution environnementale, ni exigé des paiements supplémentaires pour travailler dans des conditions aussi insalubres.

Les mesures à prendre

Toutes les tentatives visant à interdire de fumer dans les bars et les restaurants se heurtent à la résistance farouche des propriétaires, qui craignent de perdre leur clientèle. En l’absence d’argument, ils insistent sur le fait que les lois restrictives de ce type attaquent la liberté individuelle. La liberté individuelle ?

Quel droit a l’individu de contaminer par des substances toxiques l’air que respirent ses semblables ? Selon la même logique, l’habitant d’un immeuble en copropriété qui a uriné dans le réservoir d’eau de l’immeuble exercerait-il le droit inaliénable de vider sa vessie ? Et, regardez, qu’il s’agit d’une fonction physiologique normale et que l’ingestion d’urine diluée ne provoque pas de cancer, d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque ou d’emphysème pulmonaire.

Le devoir de l’État n’est pas de défendre le citoyen contre le mal qu’il se fait à lui-même, mais de l’empêcher de faire du mal aux autres. C’est de cela qu’il s’agit : la cigarette devrait être interdite dans tous les espaces clos, car personne n’a le droit d’obliger les autres à fumer. D’autant plus que seuls 20 adultes fument au Brésil. Les 80 autres enfants qui ne fument pas devraient être à la merci du comportement dictatorial de la minorité ?

Les propriétaires de bars et de restaurants qui s’opposent à l’interdiction de fumer par crainte de perdre leur clientèle doivent comprendre que les compagnies aériennes ont déjà souffert de la même crainte, et que dans des établissements similaires aux leurs, dans les villes de New York, San Francisco ou Stockholm, l’interdiction n’a pas entraîné de pertes financières, au contraire, elle a augmenté le trafic.

Les fumeurs qui se considèrent persécutés et discriminés doivent comprendre que chaque obstacle capable de retarder la prochaine cigarette est un exercice d’apprentissage, une aide pour acquérir le contrôle de la compulsion et des crises de manque. L’apitoiement sur soi n’aide personne à se libérer d’une quelconque drogue.

Plan du site