Quels sont les risques du fumer durant la grossesse ?

Publié le : 08 février 20225 mins de lecture

La cigarette se compose de plusieurs molécules dont la plupart sont nocifs pour la santé. Qu’il s’agisse d’un fumeur actif ou passif, aucun n’est épargné des effets néfastes de la cigarette. Néanmoins, malgré la volonté de se détacher de cette substance qui rend dépendante, il n’est pas facile d’arriver jusqu’au bout. Une femme enceinte est encore moins épargnée des impacts de la cigarette. La grossesse est une période délicate de la vie d’une femme et mérite une attention particulière. Ainsi, quels peuvent être les effets de fumer sur la mère ? Quels sont les impacts sur le fœtus et le bébé après la naissance ? Quelle est l’alternative de fumer pendant la grossesse ?

Les impacts de la cigarette chez la femme enceinte

La nicotine et le goudron sont connus pour leurs effets néfastes sur la santé. Ces particules dangereuses réduisent le taux de fertilité chez les hommes et les femmes, mais sont plus destructifs pour une grossesse. Depuis la vulgarisation des conséquences du tabac sur le corps humain, le taux de femme dépendant à la cigarette a diminué, mais n’a pas disparu. En France par exemple, on a toujours le taux le plus élevé de femme enceinte fumeur.

Si une femme fumeur a réussi à tomber enceinte, les risques de fumer pendant la grossesse ne sont pas évidents. Le tabac entraîne chez une femme enceinte, un risque élevé de fausse-couche. Si jamais, la femme fume plus de 30 cigarettes par jour, ce taux va de 5 à 6 fois plus de risques. Outre ce risque de fausses-couches, le placenta est exposé à des hématomes rétro placentaire ou un placenta bas inséré. Au troisième trimestre de la grossesse, des saignements sont possibles pouvant entraîner la naissance prématurée du bébé. Ce phénomène se produit vers les 34 ème semaines d’aménorrhée. Mais de toute évidence, cette situation n’est pas sans conséquence pour le fœtus.

Les effets néfastes sur le fœtus et le bébé après la naissance

Les problèmes de saignements qui se produisent au troisième trimestre peuvent entraîner la mort fœtale. Mais compte tenu du fait que la croissance du fœtus dépend de la nutrition de la mère, mais également de ce que son sang apporte, le sang corrompu par le monoxyde de carbone ne lui est pas avantageux. Le monoxyde de carbone contenu dans le tabac, se propage directement dans le sang et va chez le fœtus. Cela n’est pas bénéfique à sa croissance. Son hyperactivité bronchique et sa croissance pulmonaire sont donc touchés et peuvent créer des infections chez le bébé. Si tout de même, le bébé s’en sort, il peut être exposé à des pneumopathies, des bronchiolites, de l’asthme ou même un cancer. Il n’est donc pas épargné des maladies liées à la respiration, car l’oxygène qui était censé l’aider à grandir comme il fallait, a été substitué par le monoxyde de carbone.

La diminution de prise de poids du bébé aide encore moins face à cette situation. Plus tard, il a été constaté par les scientifiques que les enfants nés d’une femme qui fume ont du mal à se concentrer et sont fragiles par rapport aux autres enfants.

L’alternative à la cigarette

Il est vrai qu’il n’est pas facile de se passer du tabac lorsqu’on y touche depuis longtemps. La cigarette électronique est un moyen de vapotage et de sevrage. La cigarette électronique, même si elle contient de la nicotine, est réglable. Le taux de nicotine consommé peut être contrôlé, et ce qui réduit donc l’exposition aux effets néfastes. Il existe même des produits qui ne contiennent aucune nicotine et selon les experts, c’est une manière de procéder au sevrage. Si le problème est donc l’addiction au vapotage, cette solution est pratique. Le fœtus n’est exposé qu’à la vapeur et non aux produits chimiques qui peuvent l’affecter.

Plan du site